Suivez-nous sur les médias sociaux

Accueil du portail › L'agroalimentaire, une filière prioritaire à l'export

L'agroalimentaire, une filière prioritaire à l'export - 23/10/2012

usine agroalimentaire

Nicole Bricq, ministre du commerce extérieur, et Guillaume Garot, ministre délégué chargé de l’agroalimentaire, ont visité le 25e Salon international de l'agroalimentaire, le 23 octobre.
A cette occasion, ils ont affirmé leur soutien à la filière agroalimentaire à l’export et donné les sept priorités d’action du Gouvernement pour soutenir l’internationalisation des entreprises agroalimentaires.

 

 

 

 

 

Les sept priorités d'action du Gouvernement

  • Mobiliser tous les moyens pour que les PME et Entreprises de taille intermédiaire s’engagent davantage à l’export.  La création de la Banque publique d’investissement (BPI) et de ses guichets uniques régionaux va permettre de mieux accompagner les entreprises qui souhaitent trouver des relais de croissance sur les marchés étrangers.
  • Simplifier les procédures douanières et administratives. La mise en oeuvre du guichet unique des formalités administratives piloté par la Douane sera accélérée. En janvier 2013, la dématérialisation des échanges avec FranceAgrimer pour faciliter l’obtention des certificats sanitaires sera expérimentée avant une généralisation dans le courant de l’année. L’offre de services dématérialisés sera étendue dans le domaine sanitaire avec le développement d’une plateforme export qui permettra de gérer les procédures d’agrément et de certification.
  • Mieux former les entreprises agroalimentaires et les services de l’Etat aux contraintes spécifiques d’audit et d’agrément sanitaire des pays tiers.
  • Cibler les zones prioritaires et les marchés à potentiel
  • Valoriser à l’international la signalétique « France bon appétit »
  • Mobiliser les services de l’Etat, en France et à l’étranger, pour obtenir la levée des barrières techniques qui entravent l’accès des produits alimentaires à certains marchés tout en veillant à la nécessaire réciprocité des conditions d’accès à ces marchés.
  • Faire en sorte que nos entreprises jouent à armes égales dans la compétition internationale. Le Gouvernement veillera à ce que la protection des indications géographiques et la lutte contre la contrefaçon soient prises en compte dans les négociations des futurs accords de libre échange engagés par l’Union européenne. Une consultation sera lancée prochainement auprès des acteurs concernés sur l’opportunité de donner un mandat à la Commission européenne pour débuter des négociations sur un accord de libre échange avec le Japon.

 

 

Haut de page

© Ministère du commerce extérieur 2012