Suivez-nous sur les médias sociaux

Accueil du portail › Coupler l'offre commerciale française avec la demande des pays

Coupler l'offre commerciale française avec la demande des pays - 03/12/2012

A la demande de Nicole Bricq, la direction générale du Trésor a conduit une analyse économique permettant de coupler l'offre commerciale française avec les demandes des pays à l'horizon 2022. Selon cette étude, de nouveaux besoins autour du « mieux vivre » apparaissent, et la France peut proposer une offre commerciale autour de quatre grands secteurs.

 

 

 

 

Miser sur les secteurs où la demande mondiale sera forte

Emergence de couches moyennes dans des pays en croissance, vieillissement de la population, urbanisation galopante… Les pays font face aujourd'hui à de nouveaux défis. Dans ce contexte, la France peut proposer une offre gagnante associant biens d’équipements, produits destinés aux consommateurs ou usagers, et services.

D'après l'étude menée la direction générale du Trésor, quatre secteurs ont été identifiés. L'augmentation de 7% des parts de marchés de la France dans chacun de ces secteurs permettrait d'atteindre l'équilibre de la balance commerciale hors énergie en cinq ans, objectif fixé par le Premier ministre.

Quatre secteurs prioritaires

1. « Mieux se nourrir » : qualité et diversité des produits, sécurité et traçabilité alimentaire, diététique, mais aussi équipements agricoles ou destinés à l’industrie agroalimentaire.
Parmi les pays cibles : la Chine, les Etats-Unis, le Japon, l'Allemagne, le Royaume Uni, la Belgique, les Pays Bas, la Corée du sud, la Pologne, le Canada, les Emirats Arabes Unis, la Russie, la Tunisie, le Maroc, l'Algérie, le Brésil, Singapour, l'Arabie Saoudite, le Kazakhstan, l'Ukraine et le Mexique.

2. « Mieux se soigner » : pharmacie, dispositifs et équipements médicaux, parapharmacie et cosmétique, services de santé.
Parmi les pays cibles : la Chine, les Etats-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni, le Japon, la Corée du sud, la Pologne, la Russie, la Turquie, l'Algérie, le Brésil et l'Inde.

3. « Mieux vivre en ville » : ingénierie urbaine, architecture, construction et efficacité énergétique, matériels et services environnementaux, transports urbains.
Parmi les pays cibles : la Chine, l'Inde, les Etats-Unis, l'Indonésie, le Vietnam, le Brésil, la Russie, l'Allemagne, la Pologne, l'Algérie, l'Arabie Saoudite, le Maroc, la Turquie et les Emirats Arabes Unis.

4. « Mieux communiquer » : logiciels, numérique embarqué, composants et produits électroniques à haute valeur ajoutée, sécurité, e-services.
Parmi les pays cibles : la Chine, les Etats-Unis, la Corée du sud, l'Allemagne, le Royaume Uni, le Mexique, le Brésil, le Japon, la Russie, l'Inde et le Qatar.

Ces nouvelles priorités seront au centre de la stratégie française pour l'export, qui s'inscrit dans la démarche du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi. La mise en oeuvre de ce pacte doit donner aux entreprises françaises les outils pour s’imposer dans la compétition mondiale : remise à niveau des financements export, augmentation de 25% du nombre de volontaires internationaux en entreprises (VIE), accompagnement dans la durée via la Banque publique d’investissement de 1 000 PME et entreprises de taille intermédiaire (ETI) innovantes…

Mobilisation de tous les acteurs

Pour parvenir à renforcer la présence française, tous les acteurs se mobilisent :

  • Les entreprises mettront en place des plans d’action à l’international dans le cadre des comités stratégiques de filière.
  • Les régions, en lien avec les partenaires de l’export (chambres de commerce et d’Industrie, Ubifrance…) prépareront pour la fin du 1er trimestre 2013 des plans régionaux d’internationalisation des entreprises afin de mieux repérer et porter sur les marchés internationaux les entreprises en capacité de le faire.
  • UBIFRANCE, en plus d’un accompagnement pendant trois ans des entreprises exportatrices, mettra en place des référents pour les quatre secteurs prioritaires. > Plus d'info sur l'accompagnement personnalisé à l'export
  • Les pôles de compétitivité s’engagent à mettre en place des plans d’action à l’international pour leurs PME innovantes, identifiant les pays cibles, définissant des actions collaboratives à l’étranger et fixant des objectifs chiffrés à trois et six ans.
  • L’Agence française pour les investissements internationaux (AFII) se mobilise pour valoriser l’implantation en France d’entreprises étrangères des quatre secteurs prioritaires. Elle consacrera notamment en 2013 une part importante (35%) de son effort de prospection à l’étranger vers ces entreprises.

Nicole Bricq, ministre du commerce extérieur

« Nos entreprises peuvent et doivent trouver leur place au sein de la compétition internationale. Je suis toute entière mobilisée autour de cet objectif et à mes côtés l’ensemble des acteurs concernés. Cette bataille pour conquérir des marchés à l’international est d’abord celle pour l’emploi : 1 milliard de plus à l’export c’est 10 000 emplois en France. Ensemble nous réussirons ».

Haut de page

© Ministère du commerce extérieur 2012